La vigne de Rosières

Ajouter au carnet de voyage

à propos

A l’entrée du village de Montigny-les-Arsures, vous découvrirez le clos de la vigne de Rosières, vigne chère à Louis Pasteur. Comme la maison de Louis Pasteur d’Arbois, la vigne appartient à l’Académie des sciences.

 

 

Henri Maire, depuis 1942, est le vigneron de la vigne historique de Pasteur. Les cinq cépages du Jura : Chardonnay, Savagnin, Poulsard, Pinot noir et Trousseau, sont répartis à parts égales dans ce clos.

 

La production n’est pas commercialisée car elle est réservée à des occasions remarquables et à des fins caritatives, en souvenir des travaux de Louis Pasteur sur la vigne.

 

En 2015, la vigne a célébré les 150 ans du dépôt de brevet sur la pasteurisation. Cette méthode universellement connue a été mise au point pour conserver les vins et leur permettre de voyager sans encombre.

 

 

 

Un peu d’histoire

 

En 1874, Louis Pasteur achète une vigne à Montigny-lès-Arsures qu’il agrandit en 1879 et 1892 pour une surface totale de 47 ares 50. Cette parcelle ayant appartenu autrefois à l'abbaye Bénédictine de Rosières, située à quelque distance de là, offre la qualité d’un excellent terroir. Son exposition plein sud et son sol bien drainé assurent au savant la garantie de raisins bien mûrs.

 

En 1878, il organise sur cette vigne une expérience historique pour répondre à l’écrit de son ami Claude Bernard, qui remettait en cause l’origine biologique des fermentations alcooliques.

Il enferme des pieds de vigne à l’intérieur de serres et entoure les grappes de coton. Il montre que le jus tiré des grappes mises ainsi à l’abri des germes de l’air, ne peut fermenter.

Grâce à cette expérience remarquable, la vigne de Rosières est désormais célèbre dans l’histoire des sciences.

 

Facile d’accès, le clos est souvent un but de promenade pour le savant et ses proches. Sa famille est friande des « cures » de raisins savoureux. Louis Pasteur apprécie de servir du vin de son cru à sa table.

 

Il stocke avec précaution ses bouteilles dans sa cave sous son laboratoire personnel d’Arbois et surveille jalousement la maturation de leur contenu.

 

La vigne est aujourd'hui est inscrite dans les vignes étudiées par l'INRA.

Langues parlées